L’ASSÉ et les mouvements progressistes ont de quoi apprendre du Tea Party

Nouvelle image  grand formatAvec l’approche du sommet sur l’éducation, le mouvement étudiant continue à faire ce qu’il fait de mieux : se déchirer. D’un côté, la FECQ et la FEUQ se préparent à donner toute la crédibilité possible au gouvernement, peut-être même trop. De l’autre côté, l’ASSÉ reste exceptionnellement sceptique de tout ce processus, probablement trop aussi. Alors que nous vivons dans un monde où le « juste-milieu » et où la modération est érigée en vertu universelle et comme un idéal à atteindre : il est temps de remettre les pendules à l’heure. Il est vrai que dans une société, afin de pouvoir tous vivre ensemble il nous faut faire des compromis. En se tenant à l’axe de discussion droite/gauche, il est cependant possible de constater un déplacement continu de la droite traditionnelle vers des positions qui sont de plus en plus à droite. Tandis, que la gauche modérée n’a presque pas changé de position dans l’absolu. On pourrait rapidement dire qu’au final cela ne change rien, mais ce n’est pas du tout le cas. Ce déplacement de plus en plus prononcé vers la droite a pour effet de forcer le point de consensus, lui aussi, de plus en plus vers la droite. Ce point m’amène dont vers mon propos principal, que l’ASSÉ, le mouvement Occupy et les gens ayant une orientation plus progressiste ont des leçons à apprendre du Tea Party.

asselogoLes mouvements radicaux, de droite comme de gauche, ont pour objectif de vouloir remodeler la société en fonction de leurs convictions profondes. La plupart d’entre eux ont perdu confiance dans la capacité du système politique à faire le travail pour lequel est là, souvent pour des raisons différentes. Il va de soi que la révolution peut sembler noble et qu’elle est primordiale pour corriger les injustices profondes qui existent dans le système actuel. Cependant, à moins d’être capable de mobiliser immédiatement le nombre de gens nécessaires, il est primordial d’envahir les urnes.

0330-tea-partyers_full_600C’est bel et bien ce principe que le Tea Party américain a mis en application. Depuis longtemps, ils avaient un certain lot de revendications, mais manifester vêtu d’un tricorne avec des poches de thé au bout, ça fait son temps. Après avoir pris le contrôle d’un nombre limité de circonscriptions, ils ont réussi à mobiliser une foule suffisante pour être capable de faire élire une frange suffisamment radicale au sein du parti républicain. Après avoir réussi cet exploit, ils ont accompli leur objectif, celui de tirer le parti républicain encore plus à droite. C’est exactement ce qu’il manque au parti démocrate. Je ne suis pas le seul à avancer cette idée, depuis longtemps Bill Maher le fait déjà (http://www.youtube.com/watch?v=M84Jk9-3O-I), et l’argument est assez simple et direct. Ça prend une gang de looney tunes pour tirer le parti démocrate vers la gauche (le tea party veut un gel des impôts sur les riches, les looney tunes devraient demander de taxer les riches à 100 %; de cette façon, Obama pourra dire qu’il ne peut pas plier dans les négociations à cause de cette bande de crazy motherfuckers). L’idée n’est pas folle, il n’y a pas de raison pour laquelle la gauche devrait se laisser intimider par la droite radicale sans répondre avec sa propre et juste radicalité.

Pour en revenir au Québec, malgré que notre système politique soit différent, ne permettant pas un bipartisme aussi clair et favorisant trop souvent le vote stratégique, il y a tout de même des pas à faire dans cette direction. L’existence de partis radicaux dans le débat public n’est pas un fait nuisible. Tout comme aux États-Unis, le débat se tient de plus en plus en des termes chers à la droite. La désinformation qui émane des médias complaisants à la cause et à la défense des intérêts des plus riches est une véritable plaie pour notre démocratie. L’axe droite/gauche se déplace de plus en plus vers la droite. Il faut bloquer ce mouvement. Il faut réorienter le débat public sur des termes plus progressistes, et au plus vite.

Les moyens de pression sont le bienvenu pour tenter de renverser la vapeur, mais ce n’est pas suffisant. Il faut investir tous les champs de bataille possible. Laisser la voie libre aux partis de droite ou de centre droit, c’est la pire erreur qu’il est possible de faire. Tous ceux qui ont la moindre conviction socialiste, démocrate, gauchiste, communiste, peu importe, doivent investir la sphère politique et participer aux institutions. Cette participation n’est pas exclusive et l’utilisation d’autres moyens de pression qui peuvent être jugés comme pertinent, ou même essentiel. Il y a plusieurs voies pour atteindre la victoire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :