La saga Daniel Breton

C’est avec une surprise grandissante que j’assiste à tous les développements qui se succèdent les uns après les autres dans ce qu’il vaut maintenant la peine de nommer « La saga Daniel Breton». Après s’être fait attaquer pour avoir visité le BAPE, il se fait maintenant attaquer pour ne pas avoir payé son loyer dans le passé et avoir déjà perdu son permis de conduire pour excès de vitesse. Outre le fait que ces infractions ont déjà été sanctionnées à pleine force de la loi, elles ne sont pas et ne deviendront jamais des infractions criminelles. On parle ici d’une ligue complètement différente de celle dont trempent les anciens ministres du PLQ, mais tout le parti aussi. Maintenant, on devra s’adresser au député Breton, car il a offert sa démission à titre de ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Pour revenir sur la visite du BAPE de monsieur Breton, le Journal de Québec aurait appris à l’époque qu’il aurait exigé la liste des numéros de téléphone des différents commissaires du bureau, chose tout de même étrange quand on y pense, car selon Radio-Canada, cette liste est déjà disponible au bureau du ministre. Ce fut toujours le cas, même pour son prédécesseur libéral. Pour ce qui est du remplacement de la tête du BAPE, il n’est pas étranger à chaque changement de gouvernement, d’assister à une série de remaniement dans les instances publiques. Le Parti québécois le fait tout autant que le Parti Libéral avant lui. Cela ne justifie pas le fait en lui-même, mais c’est tout de même à relativiser.

D’autant plus, il faut se rappeler que le PLQ est indubitablement en mauvaise position pour faire la leçon en ce qui a trait aux nominations partisanes. Après avoir été accusé par son ancien ministre de la justice Marc Bellemare, Jean Charest a déclenché la Commission Bastarache, qui prit rapidement les allures d’un règlement de compte public, payé avec 6 millions de deniers des coffres publics. Même le juge Bastarache en est venu à la conclusion que la nouvelle méthode de nomination des juges ne se faisait pas sans être perméable aux influences politiques, notamment l’allégeance politique des candidats nommés.

Pour ce qui est des attaques concernant ses loyers non payés, on voit la même tactique qui avait été utilisée contre Gabriel Nadeau-Dubois pendant la grève étudiante. TVA avait à l’époque dévoilé que le leader étudiant avait des arriérages sur ses paiements de loyer et qu’il était près de l’expulsion. Il va de soi que le fait de ne pas payer son loyer n’est pas une chose qui est correcte en soi, mais est-ce une excuse suffisante pour expulser un membre du Conseil des ministres? À en croire les dires du PLQ, ne pas payer son loyer et avoir déjà perdu son permis de conduire : ce sont des infractions éthiquement plus dommageables qu’accepter des billets pour un spectacle de Céline Dion, des douzaines de roses, ou bien octroyer une subvention pour une usine d’épuration des eaux à Boisbriand, contre l’avis des fonctionnaires du gouvernement, alors que celui qui en reçoit le contrat avait organisé 5 soirées de financement pour l’ex-vice première ministre Nathalie Normandeau. Est-ce réellement pire que déjeuner à de multiples reprises avec un homme comme étant connu du milieu interlope?

Bref, outre le fait que monsieur Breton n’ait pas eu une vie impeccable, il semble démesuré d’exiger à tous d’avoir un dossier immaculé, surtout en ce qui a trait à des infractions qui ne sont pas punissables par le Code criminel. Déjà qu’il est difficile d’avoir des politiciens de qualité, il ne faudrait pas écarter ceux qui se présentent et qui ont une petite tâche sur leur dossier. Il ne faut pas se cacher, ce n’est pas parce que Daniel Breton a déjà été expulsé de son logement que les médias se sont laissés engouffrer dans ces petites histoires qui ne sont pas du tout d’intérêt public. Nous n’avons qu’à nous rappeler l’exclusivité de La Presse qui a appris que la première ministre allait s’acheter un logement à trois millions de dollars dans le Vieux-Port, mais tait le fait que François Legault habite déjà dans une maison à 3,5 millions dans Outremont, ou bien sur celle de l’ancien ministre des Finances Raymond Bachand.

Il n’est pas nécessaire de développer une théorie du complot, mais il fut très opportun que cette histoire sorte juste avant les nouvelles du soir, alors que dans la journée la Commission Charbonneau venait de révéler qu’un grand gratin d’anciens ministres libéraux fréquentait un club privé 5 étoiles, qui était également fréquenté par les grands entrepreneurs qui sont maintenant mis en cause devant ladite commission. Les firmes d’ingénierie y étaient également présentes, mais aussi des hommes issus du milieu interlope. Il n’y a pas lieu de nier les faits concernant monsieur Breton, mais c’était juste le bon moment pour que ce genre d’information soit rendue publique, afin de détourner le projecteur.

C’est bel et bien parce que depuis beaucoup trop longtemps, il y avait un réel environnementaliste qui était à la tête du ministère de l’Environnement et du développement durable. C’est bien parce qu’un ministre allait se tenir debout devant le lobby du gaz de schiste, contre la pollution atmosphérique à outrance; mais aussi contre l’inversement du flux de pétrole de Montréal-Sarnia qui aurait pour effet de faire circuler du pétrole des sables bitumineux vers le Québec, alors que celui-ci est plus corrosif et que le pipeline est probablement trop âgé pour supporter ce type de pétrole. La démission du ministre Breton (il restera cependant député) est une perte pour le gouvernement péquiste, mais aussi pour le milieu environnemental qui a été beaucoup trop négligé par l’administration précédente.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :