Suite Du débat sur la peine de mort

À la lumière des évènements récents, il m’est impossible de ne pas revenir vitement sur cette question. L’Empire Harper contre-attaque avec : ce deuxième acte sur la réintroduction de la peine de mort par la porte arrière.

Il n’est pas nouveau de voir le gouvernement fédéral agir de façon idéologiquement bornée. À la suite du tollé qui fut provoqué par les propos du sénateur Boisvenu, nous aurions dû assister à une dissociation complète de tout l’appareil politique conservateur de cette proposition insensible, outrageuse et navrante. C’est bel et bien ce qu’il fit le premier jour. Cependant, dès le lendemain, le sénateur Boisvenu commença déjà à se pavaner sur la place publique nuançant à peine ses paroles et se vantant d’avoir reçu des centaines d’appuis par courrier/courriel. Comme le faisait constater La Presse Canadienne dans Le Devoir de ce matin, ensuivant ce retournement de situation, la position du Gouvernement changea. Il semblerait qu’il est maintenant impossible d’attaquer les propos du sénateur, étant donné ce qui est arrivé à sa fille (violée et tuée par un criminel récidiviste qui était en liberté en 2002). Selon le ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney, c’est faire preuve d’un manque de compassion que de critiquer les propos de monsieur le sénateur. Le fait que Pierre-Hugues Boisvenu ait subi une tragédie familiale lui confèrerait une immunité et une supériorité morale lui permettant d’émettre des idées absurdes et contraires à la loi. Son épreuve familiale lui ayant permis d’attendre une forme morale supérieure.

Je savais que l’idéologie conservatrice était prête à accepter l’économie à deux vitesses, mais de là à faire de même avec la morale, il n’y a même plus un pas à franchir. Ce qui devient incroyable dans ce débat, c’est lorsque Pat Martin, député du NPD connu pour son absence de la glande permettant l’autocensure, traita monsieur le sénateur de « asshole». Monsieur Blaney n’a pas tardé à sauter sur la balle avant même son bond pour détourner l’attention du débat original et demander des excuses de monsieur Martin, jugeant ses propos comme « atroces et [qu’] aucune victime de crime ne mérite d’être attaquée de cette façon ». Encore une fois, le passé difficile de monsieur Boisvenu lui donne une immunité particulière. Au final, c’est madame Laverdière, députée du NPD, qui récapitule le mieux la situation en proposant que, si monsieur Boisvenu est trop instable émotionnellement pour gérer le dossier de la justice au Sénat, il devrait peut-être s’en retirer.

Il est temporellement ironique que monsieur Blaney demande à la population et aux députés du NPD de faire preuve de plus de compassion relativement aux propos de monsieur Boisvenu; la semaine prochaine sera la semaine nationale de prévention du suicide.

Comme quoi, « La bêtise insiste toujours » – Albert Camus, La Peste

N.B. C’est intéressant de constater que la page Wikipédia du sénateur Boisvenu a déjà été modifiée afin d’ajouter la polémique actuelle. De plus, il y a une forte différence entre la version française et anglaise, la première mentionnant qu’il était pour l’abolition du registre des armes à feu, tandis que la seconde n’en parlant pas du tout. Fait intéressant à noter également, monsieur Boisvenu est détenteur d’un baccalauréat en psychologie de l’UdM et d’une maitrise de l’ÉNAP. Cela explique sa capacité à gérer son deuil et ses propositions allant à contre-courant des lois mises en place?

Advertisements
5 commentaires
  1. Canard Incongru a dit :

    Ce que plusieurs personnes semblent oublier est que le commentaire original de Boisvenu n’avait pas comme intention de rouvrir le débat. Ce n’était qu’un commentaire haineux et gratuit. C’est tout de même incroyable que nous demandions de nos policiers, détenteurs d’une formation cégépienne, un comportement exemplaire lorsqu’ils portent leur uniforme ou, encore mieux, qu’un employé de McDonald se doit d’avoir le plus grand respect pour la clientèle, lorsqu’il est derrière le comptoir, sous peine de se faire renvoyer sans avertissement, alors qu’un sénateur, possédant une formation scolaire bien au-delà de la moyenne et rémunérer avec l’argent des contribuables, soit en droit de dire des propos déplacés en publique et que la vraie raison derrière ceux-ci soit ignorée en raison du « débat » qu’ils ont ouvert. Si seulement le sénateur avait le mérite d’avoir planifié ce commentaire, il aurait au moins préservé le peu de respect intellectuel que j’étais prêt à lui accorder.

    • Tout à fait d’accord, sa résignation devrait aller de soi, mais sa réponse était pathétique à cette demande. « Si tous les représentants démissionnaient à chaque fois qu’ils font quelque chose d’inacceptable, la moitié des parlements seraient vidés. » Des propos de ce genre sont complètement inacceptables et il devrait démissionné. Si la moitié des gens qui se présentent ne savent pas tenir leurs positions, on va en trouver qui les méritent.
      Cependant, je ne crois pas que ce soit une simple coïcidence, je plaide pour un téléguidage de la part du PCC, question de tâter le terrain, et lui ça lui fait bien plaisir de prendre cette position sur la place publique.

  2. Val P. a dit :

    Je n’avais jamais vu cette suite o.O
    Je l’ai trouvé vraiment intéressant et de même pour la première partie.
    Aussi, je suis d’accord avec Canard Incongru.

    Le sujet de la peine de mort me touche beaucoup et je suis vraiment contente que c’est abolie au Canada.

    C’est triste que la situation chez nos voisins du sud n’est pas pareille.
    En fait, j’ai un cousin qui est en peine de mort au Texas. (Pire État en plus..) Ce n’est pas parce qu’il est mon cousin (ok, peut-être un peu..) que je suis convaincue de son innocence. Mais en lien avec ton billet, vu que j’ai un cousin dans le couloir de la mort, n’aurais-je pas un statut moral égal à Boisvenu? Non mais avec les propos qu’il a dit, ne manquerait-il pas un peu de compassion envers les familles ayant un coupable parmi eux? Faire face à « une vérité » n’est pas facile autant pour la famille de la victime que la famille du coupable. Donc, ce Boisvenu ne devrait pas du tout recevoir de compassion et devrait pleinement être responsable de ses propres propos sans être défendu par quique que ce soit.

    • En fait, je ne cherche pas à établir une hierarchisation des status moraux. C’est ce que je dénonce en fait. Le fait d’avoir eu une « vie difficile » ne peut pas excuser et ne produit pas une qualité de jugement supérieur. De plus, je suis bien d’accord avec le fait qu’il doit être tenu pleinement responsable de ses propos.
      C’est triste pour ton cousin… C’est tellement un pays d’arriéré. Ça veut aller porter la démocratie et les régimes de droit par la force à l’autre bout de la planète, mais ce n’est même pas capable d’avoir un pays qui le soit déjà…

  3. Val P. a dit :

    Nah je voulais pas établir une hierarchisation des status moraux non plus 😄 C’était juste pour dire que ça n’avait aucun sens qu’on lui laisse une telle supériorité plus que les autres juste à cause de sa situation.

    Et puis « veut aller porter la démocratie et les régimes de droit » entre guillemet. (Si je pouvais mettre plus d’accent dessus, je le ferais! )… C’est discutable. hehe Un de mes profs appelle ça « la malédiction du pétrole » si tu vois où je veux en venir.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :